Parler de l'état naturel, sans identification, mettre des mots sur ce qui est au delà des mots est une vraie gageure. Mais voilà,... un poisson de sel propose d'échanger à propos de l'immensité de l'océan avec d'autres poissons de sel.
Je vous remercie donc d'avance des commentaires que vous pourrez poster en dessous des articles (cliquez "commentaire", et signez avec un prénom ou un pseudo).

lundi 16 janvier 2017

Sortie d'un nouveau livre GRATUIT : "Témoignages contemporains sur l'éveil" :



Un ensemble de 17 témoignages sur différents thèmes autour de l'éveil.
A télécharger sur le site :

Une démarche remarquable et généreuse qui témoigne d'une nouvelle approche de la spiritualité.

samedi 9 mai 2015

Un commentaire de CEDRIC

Cedric à posté le 2/05/2015 un commentaire sur le sujet "Eveil ou pas éveil ?".
Je le transmets en simple passeur, rôle qui me convient tout à fait pour l'instant. Je suis satisfait de voir que ce blog continue à vivre de lui-même, sans que j'écrive directement dedans. En effet, vous l'avez remarqué, je ne poste plus d'article depuis que j'ai pris conscience qu'un personnage spirituel, une identification à une sorte de sage c'était installée en moi. J'ai donc ressenti la nécessité d'arrêter ce fonctionnement pour me permettre de le voir en moi jusqu'à ce que ce personnage spirituel soit complètement mis à jour.

CEDRIC :
Je suis très heureux de lire les commentaires de cet Anonyme : ils nous changent de la tournure de salon qu'ont la plupart des propos sur la spiritualité ! D'autant qu'il a raison ; quant à son ton, la tarte à la crème de la non dualité qu'on nous sert presque toujours et partout, le justifie. Oui, l'éveil est à la conscience ce que la conscience est à l'inconscience : la conscience qui prend conscience d'elle-même. Or, c'est le propre de la conscience de dire : JE. Or, rien de moins "impersonnel" que JE ! Il suffit de lire l'ouvrage JE SUIS qui est le seul livre d'entretiens de Nisargadatta qu'il ait lui-même relu, pour comprendre comme le dit Nisargadatta, que l'éveillé n'est pas un bout de bois mais le Vivant par excellence. Ces entretiens d'un homme qu'on nous présente comme un non dualiste, n'ont rien de dogmatique contrairement à la plupart des livres de spiritualité : parce que Nisargadatta, lui, dit ce qu'il sait pour l'être (il ne cesse de rappeler que dans la réalisation, connaître c'est être et être c'est connaître). Je rappelle d'ailleurs que lui-même dit que s'il parle en des termes advaïtins, c'est seulement parce que c'est ainsi qu'il a appris à s'exprimer... Si Nisargadatta rappelle sans cesse à ses interlocuteurs qu'ils ne sont pas une "personne", comment ne pas voir que ce qu'il vise est le FAUX MOI - une création mentale usurpatrice de notre identité véritable -, lui qui dit par ailleurs que "tout est mien, tout est MOI", "même quand je suis inconscient, je suis conscient", et que dans l'Absolu, il y a bien une identité ! Enfin il suffit de savoir lire. Je rappelle que Stephen Jourdain était opposé à cette non dualité qu'on nous présente et qui renie toute identité, prêchant un impersonnel qui rend ses adeptes schizophrène, lui qui a dit : "je ne suis pas comme il pleut". 

lundi 16 mars 2015

Eveil ou pas éveil ?

  1. Bonjour, 
    Voici une proposition au sujet de la réincarnation et de l'éveil qui a été posté dans un article sur la réincarnation par "anonyme" :

    " Cette idée d’incarnation vous concerne tant que vous croyez être une entité personnelle " ---) Oui et QUI essaie de se convaincre qu'il n'est pas une entité personnelle, soit une entité responsable et de ses actes dans un monde duel ? 
    RépondreSupprimer
  2. "L’éveil, ça n’existe pas. La seule chose qui existe, c’est une personne qui disparaît en tant que conscience limitée et qui se découvre illimitée" (Joakim).
    --) Effectivement, l'éveil n'existe pas pour cet homme parce qu'il n'a pas encore réalisé qui est "JE". Alors on fusionne avec la présence impersonnelle du corps et on la confond avec l'esprit, qui est bien une individualité (= indivi-dualité = indivisible dans la dualité). L'esprit ne s'est pas retourné sur lui-même, donc il n'y a pas d'éveil possible tant qu'on essaie de s'effacer. Le serpent se mord ma queue... QUI essaie de s'effacer lol ? Oui et QUI a gobé des enseignements fallacieux lui disant que le bonheur était de se fondre dans un impersonnel suspect ?? L'éveil n'est pas un endormissement, un sommeil profond. C'est justement l'inverse, c'est pour ça que ça s'appelle l'éveil bon sang ! Internet donne vraiment du crédit et vie à de petits maîtres autoproclamés sans consistance.

mardi 27 janvier 2015

Bonne année 2015


Non, nous ne sommes pas devenus bouddhiste, mais simplement nous disions bonjour avec le signe Népalais pour souhaiter la nouvelle année durant nos vacances de début d'année aux pieds de l'Himalaya.

jeudi 3 juillet 2014

POSE Pour TRAVAIL INTERIEUR

Pour ceux qui fréquentaient ce site, vous avez certainement remarqué qu'il y a eu un arrêt de la parution des articles depuis le 15 Novembre 2013.

Que c'est-il passé ?

Une prise de conscience soudaine, un nouveau regard sur mes propres écrits.
Ce n'est pas seulement un lassitude de l'écriture et du témoignage, mais bien un recul, un pas de côté qui s'est produit.

Une nécessité est apparue de marquer une pose, comme pour mieux voir, mieux ressentir ce dont je tentais de témoigner.

Puis, peu de temps après, le décès soudain de mon père. Avec ce que cette disparition peut soulever comme regard sur soi-même, sur le sens de la vie.



Enfin et surtout, la prise de conscience qu'il y a en moi des zones d'ombres non repérées, des identifications à des personnages.
Notamment une identification à un personnage spirituel.
Et là où il y a identification, il n'y a pas de liberté car il y a aveuglement.

Est donc apparu en moi la necessité d'un arrêt pour apprendre à voir en moi, à être lucide. Voir ce personnage spirituel qui œuvrait en moi dans l'ombre et que l'on peut discerner dans certains articles.

Et cela prend du temps....

Sous le pont immobile,
entre deux rives
le fleuve coule.

Guy

vendredi 15 novembre 2013

Douwe TIERMERSMA

Voici une précision donnée sur l'enseignement de Nisagadata MAHARAJ par Douwe TIERMERSMA dans une revue hollandaise consacrée à la non-dualité :

" Pendant les dernières années de sa vie, Nisargadatta Maharaj a pratiquement uniquement parlé de l’Être-Soi universel et de sa résorption dans l’absolu. 
....
Le glissement du point de vue du moi matériel au point de vue du témoin est une première étape. Mais bien qu’il soit très important d’avoir une vision libre des événements du monde et de ce qui se passe au niveau mental, cela reste la première étape. La réalisation devra se poursuivre, d’abord au niveau de l’universel je-suis, ensuite au bord de l’absolu. "

un peu plus loin, Douwe donne ce qui pourrait être une définition" de l'éveil, la réalisation :

La réalisation de l’advaita est la percée dans la compréhension de l’Ouverture insondable comme étant la seule et véritable réalité. C’est une compréhension vivante où l’expérience de la séparativité entre soi-même et les autres/l’autre disparaît. Cela signifie que votre forme limitée disparaît et que les autres/l’autre vont/va coïncider avec vous-même.

"L’éveil n’a pas d’histoire.
Il n’y a pas d’évolution de l’éveil mais une évolution dans la vie de l’éveillé."
Stephen JOURDAIN
Bonne journée.
Rv

lundi 4 novembre 2013

La recherche spirituelle ?

Voici un passage tiré d'une vidéo de Betty, une canadienne qui témoigne de son expérience en toute simplicité. Témoignage qui résonne particulièrement pour moi.
Betty préfère parler "d'arrêt du rêve d'individualité" plutôt que d'éveil, car pour elle, dans l'idée que le rêve individuel cesse, il n'y a au moins pas la notion de spiritualité.

 "la cherche spirituelle est une nouvelle recherche de zone de confort, une recherche d'une zone de sécurité. C'est encore cette compulsion à vouloir agir personnellement. C'est n'importe quoi !
....
La conscience est intemporelle, non individuelle et ne subit pas de processus évolutif : elle EST ! C'est ce que nous somme tous ! ".
                                                                 Betty



La compulsion de recherche est vu (ou pas) selon le degré d'identification au processus mentaux.

Au niveau de l'Absolu, le Soi joue à cache cache avec lui-même à travers la recherche.Et c'est parfait ainsi.Et c'est (tout court).

Au niveau relatif, la personne fait comme elle peut pour gérer ses souffrances et ses angoisses ontologiques et quotidiennes , de façon plus ou moins pertinente selon les conditionnements qui la composent.

"N'importe quoi" est un juge-ment qui n'aide en rien au niveau relatif. Comme tout jugement, c'est froid et sans tendresse.Cela peut être perçu par la personne comme une critique dévalorisante qui rajoute à son désarroi et ne l'aide pas là où elle se situe.

Ne vaut-il pas mieux inviter celui qui participe au satsang à observer avec gentillesse les efforts inutiles qu'il fait pour essayer de s'en sortir grâce à la recherche spirituelle; plutôt que de le juger.
Cette observation va stopper la recherche, alors que le jugement prolonge la recherche (chercher comment ne plus chercher, puisque chercher est n'importe quoi).
Et la tendresse, bordel!!!
Bonne journée à vous
Rv



Excellent ! Merci Guy.


Bonjour RV et Mila. Heureux de vous retrouver sur ce site.
Oui, Rv, le Soi joue à cache-cache avec lui-même à travers la recherche. C'est vrai que c'est parfait ainsi. Et dans cette perfection, il y a une apparente personne, Betty, qui clame pour elle-même, c'est-à-dire à l'intérieur du Soi lui-même : c'est n'importe quoi! 
N'est-ce pas tendrement merveilleux ?
Avec mes sincères amitiés.
Guy



mercredi 23 octobre 2013

Repos et activité au sein de l'Unité

"Ce que vous êtes connait l'absence d'activité, la paix, comme dans le sommeil profond,
et connait dans le même mouvement la présence de l'activité de votre esprit et de votre corps.
Mais ce que vous recherchez ultimement ne peut être trouvé en tant qu'objet.
Celui qui recherche l'unité, le repos, au-delà de tout objet est lui même un objet créé par l'Unité.
La recherche est créée et observée par ce qui est sans recherche, ce qui est au repos.
                                                                                                                           Mooji